Conjuring 3 : sous l'emprise du diable


Conjuring 3 : sous l'emprise du diable
Réalisateur :
Michael Chaves
Pays d'origine :
US
Titre original :
The Conjuring: The Devil Made Me Do It
Durée :
1h52
Année :
2021
Date de sortie nationale :
09/06/2021
Genre :
EP,HO
Casting :
Vera Farmiga, Patrick Wilson, Julian Hilliard, Sterling Jerins, Paul Wilson…
Synopsis :
Conjuring 3 : sous l'emprise du diable retrace une affaire terrifiante de meurtre et de présence maléfique mystérieuse qui a même ébranlé les enquêteurs paranormaux Ed et Lorraine Warren, pourtant très aguerris. Dans cette affaire issue de leurs dossiers secrets - l'une des plus spectaculaires - , Ed et Lorrain commencent par se battre pour protéger l'âme d'un petit garçon, puis basculent dans un monde radicalement inconnu. Ce sera la première fois dans l'histoire des États-Unis qu'un homme soupçonné de meurtre plaide la possession démoniaque comme ligne de défense.
Filtres
Version
Format
image
confort
son
Version
Format
image
confort
son
Bruz
Du mer 23 juin
au mar 29 juin
13:45, 16:10, 18:30 et 20:45
vf 2d
Fougères
Du mer 23 juin
au ven 25 juin
14:00 et 21:00
vf 2d
Sam 26 juin
16:30 et 21:00
vf 2d
Dim 27 juin
14:00, 16:30 et 21:00
vf 2d
Du lun 28 juin
au mar 29 juin
14:00 et 21:00
vf 2d
La Mézière
Du mer 23 juin
au mar 29 juin
13:30, 15:20, 17:40, 20:00 et 22:00
vf 2d
Du jeu 24 juin
au mar 29 juin
22:45
vf 2d ice_lv atmos
La Richardais
Mer 23 juin
14:45 et 20:20
vf 2d
Jeu 24 juin
17:30 et 20:20
vf 2d
Ven 25 juin
18:15 et 21:15
vf 2d
Sam 26 juin
14:50 et 20:30
vf 2d
Dim 27 juin
17:30 et 20:10
vf 2d
Lun 28 juin
17:30
vf 2d
Mar 29 juin
17:30 et 20:20
vf 2d
Redon
Mer 23 juin
13:50, 16:00 et 20:30
vf 2d
Jeu 24 juin
13:50 et 20:30
vf 2d
Ven 25 juin
13:50 et 22:30
vf 2d
Sam 26 juin
13:50, 16:00, 20:10 et 22:30
vf 2d
Dim 27 juin
13:50 et 18:20
vf 2d
Lun 28 juin
15:50 et 20:30
vf 2d
Mar 29 juin
16:00 et 18:10
vf 2d
Rennes
Du mer 23 juin
au mar 29 juin
14:15 et 17:00
vf 2d
Du mer 23 juin
au jeu 24 juin
16:00, 18:30 et 21:00
vf 2d 4dx
Du mer 23 juin
au mar 29 juin
21:40
vost 2d
Ven 25 juin
16:00
vf 2d 4dx
Du sam 26 juin
au mar 29 juin
16:00, 18:30 et 21:00
vf 2d 4dx
St-Aubin du Cormier
Ven 2 juillet
20:30
vf 2d
Dim 4 juillet
17:00
vf 2d
St-Malo
Du mer 23 juin
au mar 29 juin
14:40, 17:20 et 20:40
vf 2d
Vern-sur-Seiche
Du mer 23 juin
au mar 29 juin
13:45, 16:05, 18:25 et 20:30
vf 2d
Vitré
Jeu 24 juin
14:30 et 20:30
vfad 2d
Ven 25 juin
20:30
vfad 2d
Sam 26 juin
17:30
vfad 2d
Dim 27 juin
16:45 et 20:30
vfad 2d
Lun 28 juin
18:00
vfad 2d
Mar 29 juin
20:30
vfad 2d

sorti le 09/06/2021

James Wan est probablement le réalisateur qui a marqué l’histoire du cinéma d’horreur au tournant des années 2000. Après la réalisation de Saw (qui deviendra ensuite une des plus longues sagas du genre), il réalise deux films (Dead Silence et Death Sentance) qui lui permettent d’explorer son style horrifique très visuel et d’apprendre à maîtriser sa mise en scène d’une façon surprenante, originale et glaçante. Mais c’est véritablement dans les années 2010 qu’il réalise ces deux diptyques qui comptent incontestablement aujourd’hui parmi les meilleurs films d’horreur de la dernière décennie, si ce n’est de l’histoire du cinéma tout entière.

Insidious sort en 2011 et son Chapitre 2 en 2013, la même année que le premier volet de la saga qui nous intéresse aujourd’hui. Ce diptyque marque par son esthétisation glaçante de l’imagerie horrifique avec des visages simplement maquillés qui choquent et marquent l’esprit par leur simple design. À l’opposé, The Conjuring repose plus classiquement sur une mise en scène travaillant sur les hors champs (zones sombres et hors cadre). Toutefois, l’inventivité de James Wan, sa maîtrise du rythme du montage, du découpage des plans, son utilisation très recherchée des jump scare ainsi que la montée très progressive de l’horreur tout au long du métrage font de ce premier Conjuring un grand succès critique et public. Alors qu’un premier spin-off voit le jour en 2014 (Annabelle, John R. Leonetti), James Wan est de retour derrière la caméra deux ans plus tard pour The Conjuring 2. Livrant un film tout aussi bon si ce n’est meilleur que son prédécesseur, ce long métrage marque par sa manière subtile de mettre en scène tous les éléments propres aux films d’exorcisme mais aussi par un visuel très marquant (la Nonne) qui faisait la force des Insidious. Commencent alors les problèmes.

Entre 2017 et 2019, ce ne sont pas moins de quatre nouveaux spin-off qui voient le jour dans cet univers horrifique. Bien que produit par James Wan, aucun de ces films n’est à la hauteur de son inventivité en matière de peur et d’angoisse. Créateur de multiples univers horrifiques, ceux-ci semblent toujours perdre en qualité dès lors qu’il les confie à d’autres réalisateurs. La saga Saw, qui était à l’origine un thriller horrifique, a rapidement basculé dans le gore et l’hémoglobine à outrance tandis qu’ Insidious est passé d’une horreur visuelle fantastico-satanique à une simple licence à jump scare peu effrayante. Quant à Conjuring, que vaut ce troisième volet ?

Second film de Michael Chaves (qui s’était chargé du spin-off, The Curse of La Llorona), The Conjuring: The Devil Made Me Do It opère un tournant radical de genre par rapport à ses deux aînés. Adoptant les codes du film d’enquête policier avec des éléments paranormaux en bonus, ce troisième volet tranche avec l’habituelle lutte contre un esprit s’attaquant à une famille. Si cela permet d’éviter de tomber dans la redite, le rythme et l’angoisse auxquels James Wan nous avait habitué en sont complètement diminués. Il devient difficile de craindre pour ces personnages qui enquêtent sur des éléments passés, conduisant à chaque scène horrifique de manière très attendue. De plus, là où l’intervention d’esprits maléfiques était évidente dans les premiers volets, le Diable que nous promet le titre n’est en fait qu’un élément mineur de l’intrigue dont l’antagoniste, par sa simple condition humaine, se révèle bien moins effrayante que n’importe quelle entité démoniaque. Enfin, face à un rituel satanique, le pouvoir de l’amour semble être une excuse un peu trop facilement vendue par un pauvre flash-back relatant la rencontre des deux enquêteurs paranormaux, Ed et Lorraine Warren. Ce troisième Conjuring n’est donc pas un mauvais thriller paranormal, mais il souffre tout de même du manque de peur et d’angoisse qui faisaient l’essence de ses prédécesseurs.

Gwendal Ollivier