L'Homme de la cave


L'Homme de la cave
Réalisateur :
Philippe Le Guay
Pays d'origine :
FR
Titre original :
L'Homme de la cave
Durée :
1h54
Année :
2021
Date de sortie nationale :
13/10/2021
Genre :
TH
Casting :
François Cluzet, Jérémie Renier, Bérénice Bejo, Jonathan Zaccaï, Victoria Eber…
Synopsis :
A Paris, Simon et Hélène décident de vendre une cave dans l'immeuble où ils habitent. Un homme, au passé trouble, l'achète et s'y installe sans prévenir. Peu à peu, sa présence va bouleverser la vie du couple.
Filtres
Version
Format
image
confort
son
Version
Format
image
confort
son

sorti le 13/10/2021

Raisonnant tristement avec l’actualité récente, la haine est bien présente en France, poussant certains à exécuter sauvagement des enseignants fidèles aux principes de laïcité et d’autres à nier purement et simplement l’existence de la Shoah. C’est le cas de Jacques Fonzic, un illuminé ayant élu domicile dans la cave des Sandberg et qui semble bien décidé à s’y terrer pour propager ses idéaux négationnistes à qui voudra les entendre ou les lire sur son blog.

Toutefois, l’écriture de ce personnage complexe combinée au jeu de François Cluzet nuance ces idéaux radicaux, notamment dans ses échanges avec la fille du couple qui lui a vendu la cave, adolescente en construction naturellement plus influençable, justement interprétée par la jeune Victoria Eber. Laissant dans un premier temps planer une sorte de doute quant à la probabilité que le personnage éponyme ait raison de remettre en question certains faits historiques, en particulier la « vérité officielle », le réalisateur nous invite à un questionnement personnel sur ce qui constitue une preuve. Bien heureusement, le film ne glisse pas sur la pente du négationnisme et met fin à toute subtilité dans son dernier acte.

Dans cette lente descente aux enfers, voisins, avocats et même famille du couple campé par Jérémie Renier et Bérénice Bejo, vont remettre en question leurs agissements et leur demander de passer à l’action ou au contraire de faire preuve de patience, les tiraillant moralement jusqu’à les pousser à bout. Sur le plan musical, Bruno Coulais pose une ambiance intéressante composée de harpe, cordes frottées, flûtes, quelques cuivres et un piano promeneur, excepté lorsqu’il s’immobilise sur le ré assourdi repris par l’orchestre annonçant, dès le début du métrage, la tension à venir.

Philippe Le Guay filme majoritairement son métrage en caméra portée. Ainsi, charme et élégance laissent place à un réalisme aux airs tantôt documentaires tantôt horrifiques, accentuant subtilement la banalité d’un quotidien qui sera mise à mal par la simple présence de cet homme de la cave.