Les Gardiens de la Galaxie 3


Les Gardiens de la Galaxie 3
Réalisateur :
James Gunn
Pays d'origine :
US
Titre original :
Guardians of the Galaxy Vol. 3
Durée :
2h30
Année :
2023
Date de sortie nationale :
03/05/2023
Genre :
AC,FA,SF
Casting :
Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista…
Synopsis :
Notre bande de marginaux favorite a quelque peu changé. Peter Quill, qui pleure toujours la perte de Gamora, doit rassembler son équipe pour défendre l'univers et protéger l'un des siens. En cas d'échec, cette mission pourrait bien marquer la fin des Gardiens tels que nous les connaissons.
Filtres
Version
Format
image
confort
son
Version
Format
image
confort
son
Bruz
Lun 29 mai
10:35, 13:30, 15:40 et 20:30
vf 2d
Mar 30 mai
13:30, 16:45 et 20:35
vf 2d
Cesson-Sévigné
Lun 29 mai
17:00
vf 2d
Fougères
Lun 29 mai
17:30 et 20:30
vf 2d
Mar 30 mai
18:00 et 20:30
vf 2d
La Mézière
Lun 29 mai
10:30, 13:30, 16:30 et 22:10
vf 2d
Lun 29 mai
19:40
vf 3d
Mar 30 mai
10:30, 13:30, 16:30 et 19:40
vf 2d
Mar 30 mai
22:10
vf 3d
La Richardais
Lun 29 mai
14:00 et 17:00
vf 2d
Lun 29 mai
20:10
vost 2d
Mar 30 mai
14:00 et 20:10
vf 2d
Mar 30 mai
17:00
vost 2d
Redon
Lun 29 mai
13:50 et 16:00
vf 2d
Rennes
Du mer 24 mai
au mar 30 mai
14:00 et 20:20
vf 2d
Du mer 24 mai
au mar 30 mai
17:10 et 21:10
+ dimanche 28 et lundi 29 à 11:10
vost 2d
St-Aubin du Cormier
Lun 29 mai
20:45
vf 3d
St-Malo
Du lun 29 mai
au mar 30 mai
14:00, 17:10 et 20:20
vf 2d
Vern-sur-Seiche
Lun 29 mai
13:30, 16:45 et 20:00
vf 2d
Mar 30 mai
14:00, 16:45 et 20:15
vf 2d
Vitré
Lun 29 mai
20:30
vfad 2d
Mar 30 mai
17:45
vfad 2d

sorti le 03/05/2023

32e film du Marvel Cinematic Universe, 2e long métrage de la phase V, ce 3e volume vient conclure la trilogie la plus atypique et la plus cohérente du MCU mais aussi celle qui a influencé le ton de nombreux projets, mêlant humour, épique et dramatisme avec une maîtrise rare. Licencié de Disney en 2018 après la révélation d’anciens tweets à humour noir, James Gunn a su séduire la concurrence par la réalisation de The Suicide Squad pour DC en 2021. Tout récemment projeté à la tête de DC studios pour au moins quatre ans, le réalisateur a d’abord fait un dernier détour chez Marvel pour réaliser le final longuement repoussé de sa trilogie avec ses personnages hauts en couleur profondément attachants.

Onze ans après le Vol. 2, deux ans après Avengers: Endgame et quelque temps après Thor: Love and Thunder, l’histoire débute sur Knowhere, nouveau QG de l’équipe. Alors qu’Adam Warlock attaque leur base et blesse sévèrement Rocket, ses amis se retrouvent forcés à fouiller dans son passé pour tenter de le sauver. Tandis que le deuxième film s’intéressait beaucoup à l’histoire de Peter Quill aka Star-Lord et que le Holiday Special sorti à Noël dernier sur Disney+ mettait Drax et Mantis au premier plan, Gunn explore cette fois le passé terrible de Rocket Roccoon. Si les flashbacks desservent le rythme du métrage, ils apportent en revanche une émotion puissante et un attachement nouveau au personnage sarcastique et impénétrable de Rocket. Cette exploration dans le passé sert aussi la construction du meilleur antagoniste de la trilogie, le Maître de l’évolution, scientifique utopiste prêt à tout pour créer la race parfaite.

Contrairement aux derniers films et séries Marvel, les effets spéciaux sont aboutis et donnent à voir un univers aussi riche dans ses décors que dans ses créatures. De la planète tentaculaire mêlant technologie et matière organique aux nombreux plans très rapprochés sur Rocket, les textures des poils, d’organes et tout le bestiaire en général sont palpables malgré leur excentrisme. Exception notée de la Contre-Terre, planète entièrement peuplée d’animaux humanoïdes aux airs volontairement très cartoon.

Comme à son habitude, James Gunn rythme son métrage par une playlist pop-rock bien plus originale que la moyenne des blockbusters. Bien que les musiques à la guitare s’enchaînent un peu trop dans l’introduction, le choix de Creep (version acoustique) de Radiohead pour le générique contraste nettement avec le générique du précédent volume et pose ainsi d’entrée de jeu la tonalité. Pour la bande originale, John Murphy succède à Tyler Bates qui avait œuvré sur les deux premiers volumes et dont on retient principalement le thème de l’équipe reprenant les notes de celui des Avengers mais avec un décalage le rendant tantôt nonchalant tantôt épique. Murphy réutilise discrètement ce thème mais en compose surtout un second bien plus tragique pour coller avec l’ambiance plus sombre de ce troisième film.

Se servant des conséquences des derniers Avengers, Gunn utilise la mort de notre Gamora puis le retour de celle qui n’a pas vécu les aventures de nos héros pour faire mûrir Peter Quill. En miroir de Gamora qui apparaît donc dans une version plus cruelle, sa sœur Nebula fait finalement preuve d’héroïsme et assume enfin sa place au sein de cette famille atypique. Seul réalisateur du MCU à avoir écrit de A à Z les scénarios de sa trilogie (et même avoir été consultant sur les films où ses personnages apparaissent), James Gunn assure une véritable continuité dans les arcs de développement de chacun de ses personnages.

Au fil des années, ces marginaux peu iconiques même pour les fans de comics, sont devenus de véritables héros de chair, d’os, de fer, de poil et de branche aux yeux du grand public. Malheureusement pour Marvel, James Gunn s’en va diriger la concurrence et la plupart des acteurs comme Dave Bautista (Drax) ou Zoé Saldaña (Gamora) ont déclaré qu’ils signaient leur dernière apparition chez Marvel Studios. Alors que le MCU provoque une lassitude croissante depuis le début de cette nouvelle Saga du Multivers, on peut se demander si le regain d’intérêt du public et de la presse pourra survivre à la dissolution de cette équipe terriblement attachante qui restera à jamais nos Gardiens de la Galaxie.

Gwendal Ollivier